absence (de communication)

Définir la communication interne, pourquoi ne pas le faire aussi en exprimant ce qu’elle n’est pas ?!

Ni vraiment publicité, ni complètement management, la communication interne se constate le plus souvent en négatif, à l’instar de la formation, dont on peut ressentir les manques et savoir ce qu’elle coûte sans jamais pouvoir précisément calculer ce qu’elle rapporte. Cependant, l’utilité de la formation n’est jamais remise en cause, personne ne s’en tient aux seuls savoirs intuitifs et aux connaissances uniquement liées à l’observation ou à l’expérience.

A l’instar de sa définition en creux, la communication interne, quand elle est présente, semble invisible. Mais cette transparence ne signifie pas qu’elle soit inutile, bien au contraire car l’absence de communication interne se fait cruellement sentir.

Ce sont surtout les dysfonctionnements de la communication interne qui mettent les bienfaits de celle-ci en lumière : un simple exemple, assorti d’une sanction financière de 150 millions de dollars. L’échec, en 1999, de la sonde lancée sur Mars par la NASA, « Mars Climate Orbiter », où, parmi le personnel, des équipes calculaient en unités anglaises alors que d’autres utilisaient le système métrique ! Simple problème de communication interne : on n’avait pas pris le temps de vérifier comment les uns et les autres envisageaient leur mission personnelle. Simple problème aux conséquences inestimables, ou presque !

Ainsi l’entreprise ne peut mener à terme ses objectifs que si, en amont, elle connaît une communication interne réelle. Cette dernière devient une condition sine qua non du bon fonctionnement général de l’organisation. La communication interne dépend donc d’une volonté politique de la Direction qui doit donner à quelques acteurs-clés les moyens de la mettre en œuvre et tout faire pour que l’identité collective et ses enjeux passent le plus possible au premier plan.


Mots associés