autorité

L’autorité est un cas particulier du pouvoir” Max Weber

L’autorité se présente en une force (aimable ou pas) qui incite à être prise en compte, voire à se soumettre à ses désirs. De la forme de l’incitation, de sa représentation imaginaire, dépend particulièrement son résultat : elle invite à l’acceptation ou au rejet de l’autorité.

Sa force maximale se développe lorsque l’individu intériorise les désirs (réels ou attribués) de l’autorité et que cette dernière n’éprouve même pas le besoin de s’exprimer pour aboutir à ses fins.

L’action de l’autorité est aussi fonction de la proximité de sa source, de sa présence effective et surtout de ce qu’elle incarne.

Un système d’autorité se compose d’au moins deux personnes, a priori d’accord sur le fait que l’une d’elle a le droit de déterminer les conduites de l’autre. Cet accord prend principalement appui sur une représentation et une caution sociale d’un rôle défini pour celui à qui sera confié l’autorité. On accorde ensuite davantage de valeur à l’autorité qu’à l’individu.

Il n’en demeure pas moins que dans les organisations de travail, l’autorité recèle d’autant plus de force qu’elle s’enracine dans la démonstration d’une compétence admise par le personnel sans que celui-ci en soit contraint.


Mots associés