briefer (un intervenant)

Briefer un intervenant, c’est lui donner sur un projet les éléments essentiels dont il doit disposer pour (bien) travailler (réfléchir - réaliser) ensuite. Cette notion émane du cahier des charges ou le complète. Briefer quelqu’un c’est aussi lui donner la motivation (et l’émulation) nécessaire(s) pour réussir une mission.

 

Exemple dans le domaine éditorial : les points-clés développés sont les suivants. Comprendre la relation entre l’émetteur du support et son lectorat, les messages importants que doit véhiculer l’article en relation avec les orientations de l’entreprise.

On commence par définir le contexte pour permettre à l’intervenant de se spécialiser dans l’univers de référence et de l’environnement du client :

- on lui fournit des éléments d’information, de la documentation et des contacts préalables ;

- on lui indique la raison d’être de l’intervention, ou, s’il s’agit d’une contribution éditoriale, de l’article en précisant le type de support, le thème du sujet, l’angle et le traitement rédactionnel prévu ;

- on lui précise la manière de se présenter et on le sensibilise sur l’écoute de son (ses) interlocuteur(s).

Ensuite, on communique sur les aspects pratiques et les détails techniques de l’intervention :

- on mentionne le lieu, la date, l’heure du rendez-vous, la date limite de remise de la proposition/de l’article, les coordonnées du (des) contact(s), ainsi que le procédé de validation de l’article ;

- on indique également le calibrage du papier.

En dernier lieu, on envisage les contraintes existantes et les conditions de réalisation : l’objectif est à la fois de valoriser l’image des collaborateurs et de mettre en scène une entreprise à la fois moderne et conviviale; mais on essaie de laisser à l’intervenant le plus de marge possible pour favoriser sa créativité, tout en rappelant cependant la ligne éditoriale quand il s’agit d’un article, ou les valeurs de l’entreprise quand on parle d’un événement par exemple.