changement

La tranquillité n’existe plus ! Tout change, de plus en plus vite, mais nos regrets sont-ils bien légitimes ? En tant que consommateur, chacun participe à cette évolution : on veut tout, tout de suite, au meilleur prix pour une qualité optimale. On s’habitue à être choyé, séduit et à obtenir toujours davantage.

En tant que client, on dicte donc à l’entreprise des exigences qu’elle répercute. Elle change et adapte en effet en permanence son organisation pour être réactive, anticiper nos moindres caprices de client, innover, accroître la productivité et l’on se retrouve en tant que salarié à « subir » ces adaptations au marché comme autant de contraintes : apprendre à travailler autrement, plus vite, changer ses habitudes et renoncer parfois à son confort... quelles turbulences !

Notre cœur de client balance vers l’envie de la nouveauté, celui de salarié vers l’inquiétude du changement. Comment l’entreprise peut-elle alors réussir les évolutions indispensables sans que celles-ci soient surtout vécues en interne comme des contraintes auxquelles chacun s’appliquera... à résister ?

Le moteur essentiel reste celui de la compréhension et du désir. Le dirigeant doit investir la communication interne tout comme il investit la communication externe pour motiver ses clients, sans commettre l’erreur d’oublier ou de taire les aspects délicats des évolutions (il n’y a pas que des gagnants !), et il ne peut légitimer le changement sans mettre en valeur ses objectifs. A lui d’introduire le débat sur les nouvelles perspectives, d’en valoriser les aspects positifs, d’écouter les inquiétudes, de rassurer, de former... Seules des idées bien partagées par tous les collaborateurs sur ce que pourra être l’avenir de l’entreprise libéreront des énergies volontaires et constructives.