comportements

Le comportement est la part observable d’une réaction, le sens d’une adaptation à une situation donnée.

Chacun, en fonction de sa personnalité, réagira et jugera différemment un même fait. Il existe cependant une réalité sociale, une grille d’interprétation, un codage qu’impose la société à ses membres. Les individus cherchent à se situer par rapport aux valeurs de la société, mais ces valeurs évolutives n’ont pas au même moment une importance identique pour tous : des conflits d’interprétation naissent entre les individus. L’entreprise, pour favoriser la réalisation de ses objectifs, impose les valeurs qui lui conviennent. Le heurt se produit quand l’individu s’est construit une grille de valeurs qui en diffère trop radicalement.

La qualité d’un être et son éthique détermine moins ses actes que le type de situation dans laquelle il se trouve. La rationalité indissociable de tout comprtement ne s’applique pas à des objectifs mais à des opportunités. La rationalité se limite pour ainsi dire prioritairement à ce qui semble accessible, et se présente en un rapport offensif-défensif choisi en conséquence. Il s’agira pour l’individu, comme l’écrit M. Crozier, “d’élargir autant que possible sa propre marge de liberté et d’arbitraire pour garder aussi ouvert que possible l’éventail de ses comportements potentiels, tout en essayant de restreindre celui de son partenaire-adversaire, et de l’enfermer dans des contraintes telles que son comportement devienne au contraire parfaitement connu d’avance (...). Plus la zone d’incertitude contrôlée par un individu ou un groupe sera cruciale pour la réussite de l’organisation, plus celui-ci disposera de pouvoir.    


Mots associés