humour

Forme d’esprit propice à déclencher le plaisir chez autrui et, par voie de conséquence, à faciliter les échanges avec lui. L’abus d’humour, ou l’exercice de ce talent dans des circonstances inappropriées, peut en revanche se révéler contre-productif. A noter que, à l’instar d’une langue étrangère, chacun est plus ou moins doué pour s’exprimer par ce biais ou comprendre ce qui est dit.

Dans un groupe, une collectivité, il existe toujours des spécialistes de l’humour. On peut les créditer d’une sensibilité propre aux sentiments collectifs (où l’affectivité est troublée) et d’une disposition à les exprimer par la voie de la plaisanterie. Or tout effet comique révèle l’existence d’une tension, d’une anxiété. L’humour a pour fonction d’abord d’exprimer les points de tension, et ensuite de les liquider afin de revenir à un état d’équilibre. Aussi ces spécialistes de l’humour “débarrassent” en partie leur entourage des tensions existantes en occasionnant le rire. C’est pourquoi l’humour peut se révéler être un outil utile pour un responsable de communication interne, à condition de le manier avec précaution.

Avoir le sens de l’humour, c’est accepter non seulement le décalage entre ce qui est dit et ce qui est, mais aussi la multiplicité d’interprétations qu’on peut en tirer. Un dessin d’humour doit pouvoir garder une fraîcheur, un mordant, une liberté que malheureusement souvent les multiples validations et autocensures lui ôtent : plus il est retouché, lissé, arrangé, plus il perd son sens, côtoyant, à la limite, la langue de bois. Et ça, ce n’est pas drôle !


Mots associés