journal interne

Traditionnellement imprimé sur papier - même si désormais de nombreux supports n’existent que sous format électronique (html ou pdf) - le journal interne (journal d’entreprise, in-house newspaper ou encore house organ) a pour principale caractéristique d’offrir aux lecteurs un regard sur les différents enjeux de l’entreprise. En ce sens, il sensibilise et éclaire le lecteur sur les réalités qui l’entourent, c’est même parfois devenu seul moyen d’avoir une vision globale de son travail.

Le journal interne répond à différents objectifs :

  • Fédérer les collaborateurs d’une entité,
  • Créer du lien,
  • Susciter la cohésion et/ou la fierté d’appartenance,
  • Donner de la visibilité aux stratégies et aux positions de l’entreprise,
  • Donner corps à la culture d’entreprise. 

Gérer un journal interne, c’est par ailleurs réussir un équilibre entre deux objectifs :

  • montrer l’entreprise telle qu’elle est (fonction « miroir » du journal),
  • mettre en perspective ce vers quoi tend l’entreprise (fonction « boussole »). 

Grâce au papier sur lequel il est imprimé, le journal concerne deux de nos sens : la vue et le toucher. Notre regard s'y pose, définit son trajet, jamais le support ne se dérobe, on choisit délibérément ce que l'on regarde. Le destinataire le consulte ou non, mais à son rythme. Et puis le journal, par les informations qu'il offre, peut jouer sur deux registres, intellectuel et affectif : il sollicitera la réflexion par le texte, il pourra déclencher une émotion, une sensation par l'image. Une image fixe sur laquelle le lecteur se déplace librement par opposition à l’image vidéo qui impose son mouvement, et sa durée.

Et pour ce qui est de transmettre une information imprimée à un collègue, un voisin, l’opération reste simple, il suffit parfois de lui tendre la main. N’oublions pas non plus les bienfaits du défoulement qui consiste à jeter, physiquement, un contenu irritant !

La panoplie des objectifs qu'on peut lui fixer demeure très variée : transmettre des informations techniques, illustrer du vécu, expliquer une stratégie, distraire... Et le support papier reste là un véhicule qui ne presse pas le lecteur.

4 limites majeures du journal :

  • sa consultation demande une initiative du lecteur (contrepartie de sa liberté de choix)
  • l’attention à la forme est primordiale en tant qu’elle conditionne l’accès et le confort de lecture
  • en amont, la mise en place d’un comité de rédaction apparaît plus que judicieux
  • enfin la lecture est une opération intellectuelle active, qui requiert un effort et du temps. Et dans ce même temps… toute autre activité se trouve exclue.

>>> Recettes pour plomber l'ambiance au travail - Journal interne