langue de bois

L’expression “langue de bois” date des années 50 et nous vient des Polonais qui l’ont inventée pour moquer les apparatchiks. Cette langue se fabriquait et on la façonnait afin de modeler les esprits jusqu’à les empêcher de penser autrement. Le but était d’élaborer des points de vue étalon et de les imposer dans tous les domaines de la vie, pour qu’une opinion non orthodoxe devienne impossible à exprimer.

Aujourd’hui nous appelons langue de bois différentes manières d’écrire ou de parler, souvent parasites parfois pernicieuses. Tentons une typologie selon leur capacité de nuisance croissante :

  1. Le discours ou l’écrit faits de poncifs, d’évidences et de lieux communs. Les auteurs répètent les idées à la mode et propagent l’air du temps. C’est vide de sens et toujours ennuyeux
  2. Le discours positivant, tout imprégné de narcissisme personnel ou collectif, ou encore animé du besoin de justifier à tout prix une décision quelle que soit la sanction des faits.
  3. La réaction du dirigeant ou du porte parole officiel, embarrassé par la situation, qui veut imposer la vérité officielle et couper court aux questions.
  4. La manipulation d’autrui pour l’empêcher de comprendre, de réfléchir, de poser les bonnes questions. Les anglais appellent fogging cette technique qui consiste à installer entre ses interlocuteurs et soi-même un nuage de brouillard mental.
  5. Enfin, les langages mis au point par des groupes décidés à influencer durablement l’opinion publique. [...] Tous servent des stratégies d’influence, au bénéfice d’intérêts plus ou moins avouables. [...]

Les règles d’Orwell pour penser clairement et ne pas pratiquer la langue de bois :

  1. ne jamais utiliser une métaphore, une comparaison ou une figure de discours qu’on a l’habitude de voir imprimée.
  2. ne pas utiliser un mot trop long quand un court suffit
  3. s’il est possible d’éliminer un mot sans toucher au sens, toujours l’éliminer
  4. ne pas utiliser le passif quand on peut utiliser l’actif
  5. ne jamais utiliser une expression étrangère, un mot scientifique, un terme de jargon si on peut trouver un équivalent dans le français de tous les jours
  6. Ne pas tenir compte de ces règles dès qu’on risque de dire quelque chose de barbare (article du Monde du 30 décembre 1983).

Extrait des Cahiers de l’Afci n° 11, article de Robert de Backer

>>> Recettes pour plomber l'ambiance au travail - Langue de bois

>>> Recettes pour plomber l'ambiance au travail - Jargon