métier

Les métiers évoluent, certains apparaissent quand d’autres meurent. D’inéluctables changements s’opèrent sous l’effet de la concurrence, de la technologie, des attentes des clients ou de la loi.

Trois exemples significatifs :

  • les centres d’appel n’existaient pas il y a 30 ans,
  • les métiers de service aux personnes âgées sont en phase de forte professionnalisation,
  • le métier de l’agriculteur se trouve de plus en plus en lien avec la protection de l’environnement.

Aider le salarié à prendre conscience de ces évolutions, c’est l’aider à s’y préparer de manière positive plutôt qu’à subir un changement perçu comme une menace. En l’aidant à prendre conscience que tout métier est évolutif et susceptible de disparaître, on l’encourage à s’y préparer et à se préoccuper de son employabilité.

Lorsque le salarié travaille dans une entreprise soumise à une forte concurrence, il est habitué au changement. A l’inverse, l’évolution des métiers est un sujet sensible dans les organisations sans concurrence (secteur public et parapublic) ou protégées de la concurrence. Dans ces entreprises résistant au changement, salariés et syndicats assimilent évolution des métiers et perte de l’emploi, d'où la nécessité d’une profonde pédagogie pour calmer les peurs et susciter l’envie.

Le management joue encore là un rôle essentiel : il donne le sens des évolutions, les rend lisibles, explique, rassure, accompagne. Le manager est une clé de succès essentielle dans les évolutions des métiers.

Pour conduire les chantiers de prospective des métiers, il est recommandé aux entreprises d’associer le plus tôt possible le management puis des salariés titulaires des métiers impactés et de construire, avec leur contribution, le contenu des métiers en émergence et les parcours professionnels vers ces nouveaux métiers.