télétravail

Le télétravail désigne les différentes formes de travail à distance rendues possibles par le développement des technologies de communication. Ce progrès irréfutable de la vie de l’entreprise, qui sert aussi bien l’employeur que l’employé, peut néanmoins vite devenir un poids si l’on ne parvient pas à faire perdurer le lien social.

Le télétravail et son application

Le télétravail doit être le résultat d’une décision cadrée et réfléchie. Défini par un accord cadre européen, un contrat de télétravail doit notamment préciser le salaire prévu, le lieu choisi par le télétravailleur pour l’exécution du contrat, la description de la tâche à accomplir, le droit de retour à l’emploi antérieur et la formation continue.

Selon une enquête publiée par l’INSEE en mars 2009, 22 % des entreprises disposant d’ordinateurs ont eu recours au télétravail en janvier 2008, contre 16 % en 2007. Les grandes entreprises ont recours au télétravail beaucoup plus fréquemment que les très petites : 65% des entreprises d’au moins 250 salariés, contre 15% des entreprises de 10 à 19 salariés.

Le télétravailleur peut être un prestataire indépendant qui remplit des missions pour un ou plusieurs donneurs d’ordre, ou un salarié qui effectue tout ou partie de sa tâche professionnelle à son domicile ou en déplacement. Ce dispositif peut être à temps complet ou partiel : l’INSEE considère ainsi qu’une entreprise pratique le télétravail lorsqu’elle emploie « des personnes qui travaillent au moins une demi-journée par semaine en dehors de ses locaux, en ayant accès au système informatique de l’entreprise par des réseaux électroniques ».

Les forces et les faiblesses du travail à distance

Pour l’employeur, le télétravail offre de nombreux avantages : outre une réduction non négligeable des frais généraux, il motive et responsabilise les salariés. Pour l’employé,  cette opportunité est souvent considérée comme un accès à une meilleure qualité de vie (horaires et lieu de travail choisis, plus de temps perdu dans les transports domicile-travail, possibilité de concilier son activité professionnelle et ses contraintes familiales…).

Pourtant, le télétravail présente également des risques majeurs : empiètement sur la vie privée et sentiment d’isolement menant à une baisse de la motivation. S’il se sent seul, le travailleur perd le bénéfice de la dynamique de groupe d’une équipe, du dialogue avec ses collègues, du soutien des syndicats, etc. Déjà difficile à identifier chez les salariés qu’on côtoie régulièrement, le mal-être l’est plus encore chez ceux qu’on ne voit jamais ou qu’on croise rarement : il est important de garder cette difficulté à l’esprit.

Concilier Distance et Proximité

Parce qu’il implique un changement culturel et managérial important, le télétravail doit faire l’objet d’une réflexion sur la façon de l’intégrer dans l’entreprise. Ses principaux enjeux pourraient être formulés de la façon suivante : comment concilier distance et proximité ?

Les essentiels 

Maintenir l’échange et le dialogue
  • en organisant des rendez-vous téléphoniques, visio-conférences, etc. à intervalles réguliers.
  • en encourageant les retours d’information, les échanges de points de vue, les confrontations d’idées entre collègues.
  • en s’assurant que le télétravailleur reçoit bien tous les mails collectifs (Ce, pots de départs, etc.). 
Cultiver l’esprit d’appartenance et éviter l’exclusion
  • en suscitant des rencontres régulières, mêmes informelles, dans l’entreprise, où les télétravailleurs et travailleurs nomades pourront retrouver le contact avec leurs collègues sédentaires.
  • en prévoyant pour les télétravailleurs un véritable espace de travail à leur disposition au siège social, et qu’ils pourront investir lors de leurs passages (un bureau aménagé et ouvert, plutôt que de simples casiers où ranger leurs affaires).
  • en n’oubliant jamais de les intégrer à ce qui fait la vie du groupe humain et professionnel : pots de départ, repas festifs, séminaires et conférences, etc.